Blog

Non classé

L’intelligence de l’optimiste

Résultat de recherche d'images pour "optimiste"

Les articles précédents permettaient de dénicher les pensées à tendance pessimistes…  Aujourd’hui nous allons voir les stratégies des optimistes et concrètement, comment, en douceur, passer de l’un  l’autre.

De nombreuses études montrent les impacts d’une personnalité optimiste sur la santé (une meilleure hygiène de vie, un système immunitaire, digestif et cardio-vasculaire boostés,…), la qualité des relations interpersonelles, une plus grande espérance de vie, de meilleures performances scolaires et professionnelles, …

Bref, 1001 raisons pour commencer à s’y mettre!

Mythe numéro 1 : « l’optimiste ne se plaint pas »

C’est faux. L’optimiste se plaint de façon adaptée à la situation. Il sait qu’un problème est avant tout une difficulté à résoudre, et que la plainte initie la résolution, sans s’y substituer. Vous maîtrisez l’art de la plainte lorsqu’elle est ponctuelle, qu’elle se prépare à la recherche de solution, qu’elle est présente lors des conflits, qu’elle vous soulage tout en tenant compte de la capacité et de la disponibilité d’écoute de votre interlocuteur. Elle est limitée sur les faits et à la situation.

Sacha vient de se faire licencier. Il se sent très mal et prend deux jours seul pour vivre ses émotions. Il téléphone ensuite à Sophie pour voir si elle souhaite prendre un café. Il lui annonce qu’il n’est pas au mieux de sa forme. Ils se retrouvent dans un café et après avoir pris des nouvelles de Sophie, commence à exposer la situation. « Je me suis fait licencier parce qu’ils me reprochent de ne pas faire assez de chiffre, je suis triste et ça me donne un coup à l’ego ». Sophie l’écoute avec bienveillance et intérêt, et Sacha poursuit : « je sais que la vente ne me correspond plus depuis longtemps, c’est le bon moment pour moi de passer à autre chose. C’et jute difficile et j’avais besoin d’en parler ». Sacha maitrise l’art de la plainte.

Vous basculez dans une plainte pathologique lorsqu’elle est chronique, générale, qu’elle se suffit à elle-même, qu’elle persiste longtemps après les difficultés, ne soulage pas, voir aggrave votre souffrance, ne tient pas compte des capacités et disponibilités de votre interlocuteur (en gros l’autre n’et pas un dépotoir sur lequel on jette les émotions).

Marion s’est invitée chez sa sœur. Elle a résolu son problème de tuyauterie chez elle. Elle a donc commencé à se plaindre de douleurs dans le bas du dos. Réticente à toute forme de yoga, activité physique, elle affirmait que « quoi qu’elle fasse, cela ne marche pas », elle s’est ensuite rappelée qu’il y a 20 ans, Marc l’a trahi et à cause de lui elle a surement emmagasiné tellement d’émotions négatives qu’elle en a plein le dos ! Sa sœur était visiblement préoccupée et occupée à faire le gouter des enfants, pourtant Marion continue à décrire ses difficultés. Elle se met en colère et ensuite pleure d’un chagrin inconsolable. Sa sœur, encore une fois, se laisse prendre au jeu émotionnel et lui propose de lui faire un massage et de rester pour souper…. Bref, vous voyez la pièce de théâtre ?

Qui êtes-vous pour le moment ? Voulez-vous être un Sacha ou une Marion ? Personnellement le choix est fait, et je m’engage à maîtriser de plus en plus l’art de me plaindre…

Et vos amis ? Avez-vous plus de Sacha ou de Marion ? N’oubliez pas que vous ressemblez à la moyenne des cinq personnes que vous fréquentez le plus souvent…

Mythe 2 : « l’optimiste vit dans un monde de bisounours »

Faux. Il a été prouvé que les optimistes se rapprochent davantage de la réalité que ne le font les personnes pessimistes. D’ailleurs la tendance à la pensée positive, qui n’est pas l’optimisme est corrélé à long terme avec un risque accru de dépression.

La pensée optimiste se traduit par d’avantage de réalisme, de confiance et de pragmatisme.

Pensée positive Pensée optimiste Pensée pessimiste
« Il n’y a aucun problème tout ira parfaitement bien » « Il y a des problèmes, mais je vais m’adapter et trouver une solution »   « Les problèmes sont insurmontables et en engendrent d’autres »
« Je suis parfaite et tout le monde m’adore » « J’ai des qualités et des défauts, je m’accepte et d’autres gens m’acceptent comme ça » « Je suis minable, et personne ne peut m’aimer » »

Mythe 3 l’optimiste est naïf et occulte les informations désagréables

La conviction de l’optimiste est que lucidité et bien-être sont parfaitement compatibles ! L’optimiste naïf semble plus être une invention des pessimistes frustrés.

Des études ont démontré qu’en cas de difficultés, les optimistes persévèrent davantage que les pessimistes, sauf s’ils évaluent que leur effort serait plus efficace ailleurs. Il est également prouvé que les optimistes ne ferment pas les yeux sur les choses désagréables, au contraire.

Lors de l’étude, des brochures sont distribués sur les méfaits du tabac, aliments industriels et surconsommation de vitamines, ainsi que des brochures sur des évènements neutres. Les optimistes passent plus de temps à lire les informations désagréables, surtout quand ça les touche personnellement : les fumeurs passaient plus de temps à lire la brochure sur les méfaits du tabac, les gros consommateurs de vitamines sur les risques du surdosage. Le rôle des émotions positives est démontré : plus l’humeur d’une personne est positive, plus elle se montre réceptive aux messages concernant son bien-être et sa santé. Nous sommes donc bien loin de la pseudo psychologie positive et de nier une partie de la réalité.

Toutefois, l’optimiste repose clairement sur des « illusions positives », qui ne sont pas plus toxiques que d’autres. Une étude a montré que sur une période de suivi de 23ans, les personnes qui avaient une vision positive du vieillissement (je me sens en forme et jeune), vivaient en moyenne sept ans et demi de plus que celles dont la vision était plus négative.

A savoir aussi que lors d’une maladie grave, il n’y a pas de déni des faits et de l’existence de la maladie. La différence entre les optimistes et les pessimistes résident dans les attentes d’efficacité du traitement, ce qui engendre plu de comportement en faveur de la santé tandis que les pessimistes sont plus résignés et font donc moins d’actions e faveur de la guérison.

Pratiquer et muscler l’optimisme !

Nous avons vu que la pensée optimiste est une pensée réaliste, qui ne nie pas les faits, pragmatique, orientée vers la recherche de solution, et confiante, a priori dans un avenir meilleur.

La première étape est dès lors d’observer votre schéma de pensée… Référez-vous au tableau comparatif et évaluez si vous avez un style de pensée optimiste, pessimiste ou positif.

Ensuite, vous pouvez travailler vos pensées avec une situation difficile. Commencez par des choses simples.

Exemple :

Situation Pensée automatique Le pire Le mieux Le plus probable Que faire d’utile ? Ce qu’il s’est réellement passé
Des bouchons sur l’autoroute avant une réunion importante C’est la catastrophe ! je vais louper la réunion et les conséquences seront désastreuses Cela va durer 2h, je vais me faire virer. Un miracle se produit, dans deux minutes c’est fini. J’aurai surement du retard. Téléphoner pour prévenir. Faire des exercices de respiration pour arriver le plus calme possible. Le client était dans les mêmes bouchons, nous sommes arrivés en même temps !

Ce qui m’amène à la deuxième clé : Action ! Les optimistes agissent. Il y a une étroite corrélation entre ce schéma de pensée et le passage vers des actions efficaces.

Le troisième ingrédient d’une personnalité optimiste est la confiance. Une confiance a priori vers l’avenir associée à une confiance qu’en cade coup dur, on saura faire face. Confiance en la vie et confiance en soi sont des muscles nécessaires à entraîner pour pouvoir se proclamer optimiste !

En bref, le bonheur a ses propres stratégies, il est intelligent, réaliste et actif !

N’hésitez pas à e contacter si vous souhaitez travailler tout ça en séance !

Christel

« Devenez librement heureux…Et si c’était votre prochaine décision?«